ANCE-Togo poursuit les sensibilisations sur la gouvernance et la transparence dans le secteur de l’eau et l’assainissement

Dans le but de promouvoir la bonne gouvernance en eau et assainissement dans toutes les régions du Togo, l’ONG de développement durable, l’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement (ANCE-Togo) poursuit les campagnes de sensibilisation de proximité avec les communautés locales de la préfecture de Tchamba.

L’équipe de gouvernance et de transparence de l’ANCE-Togo s’est rendue dans les villages de Kaboli, de Goubi et Koussountou (prefecture de Tchamba) du 11 au 16 avril 2016 pour sensibiliser les communautés locales sur les questions de gouvernance en eau et assainissement.

L’idée maitresse de cette activité d’information et de sensibilisation est de faire comprendre aux leaders d’opinions (chefs traditionnels, les prêtres religieux, les chefs cantons, les comités de développements de quartiers, etc.) et les populations sur les biens fondés de la lutte contre la corruption et la bonne gouvernance dans le secteur de l’eau et l’assainissement pour l’atteinte des objectifs stratégiques fixés par le Togo. L’équipe d’ANCE-Togo a constaté que de manière générale, le taux d’accès à l’eau potable demeure encore faible au Togo en dépit des efforts entrepris par le gouvernement avec l’appui des différents bailleurs de fonds. Dans la préfecture de Tchamba par exemple, les communautés locales souffrent cruellement de l’eau potable.

Mais ce que l’ANCE déplore est que dans plusieurs localités du Togo le taux de forages et puits abandonnés et inutilisables demeure encore importants. Selon nos enquêtes, plusieurs raisons expliquent cet état de chose et notamment, la faiblesse intégration des mesures de gouvernance et la corruption seraient à l’origine de la fragilité des infrastructures en eau et assainissement. Les comités de gestion ou cellules de suivi des infrastructures en eau et assainissement ne sont pas souvent opérationnelles. En outre, le manque de rigueur dans la sélection des entreprises d’exécution, le manque de transparence, la faiblesse des contrôles techniques de qualité, seraient à l’origine du mal. La fragilité des infrastructures, les pannes répétées, les problèmes de maintenance des équipements, font qu’en général de telles infrastructures deviennent trop tôt inutilisables. Les populations finissent alors par s’approvisionner en eau dans les rivières, les marigots, les puits à ciel ouvert, etc ; les exposant ainsi aux maladies liées à l’eau telles que les diarrhées, choléra, etc.).

Selon le responsable gouvernance à l’ANCE, tous les acteurs (Etats et services techniques, bailleurs de fonds, communautés locales et structures non gouvernementales d’appui) doivent œuvrer à promouvoir la bonne gouvernance et la transparence dans le secteur de l’eau et l’assainissement afin d’atteindre les objectifs de développement durable fixés par le Togo.

À VOIR AUSSI

Séminaire international sur le paquetage neutre en Angleterre

Dans le souci de promouvoir le conditionnement neutre des produits du tabac,  l’International Legal Consortium ...