Accueil > Actualités > ANCE-Togo dénonce le commerce illegal du faux tech au Togo

ANCE-Togo dénonce le commerce illegal du faux tech au Togo

Les enjeux relatifs à ce sujet sont réels. De 1990 à 2013, le Togo a perdu 67% de sa couverture forestière. Le taux de déforestation est en hausse constante. L’exploitation illégale et abusive du faux teck au Togo met en danger l’économie et l’environnement, comme par exemple la disparition des cultures saisonnières et la venue de nouveaux insectes nuisibles.

C’est pour cette raison qu’ANCE-Togo, ONG de développement durable à statut consultatif auprès des Nations Unies, félicite le gouvernement pour cette mesure protectrice de l’environnement qui doit être respectée strictement. Cette décision confirme la volonté des hautes autorités de respecter les conventions internationales ainsi que la législation nationale. La criminalité environnementale est punie par la loi. L’ANCE souhaite participer à la mise en œuvre du moratoire et garantir sa bonne application à travers d’une part une sensibilisation accrue des citoyens et des acteurs concernés (douanes, gendarmerie, agents forestiers), et d’autre part une collaboration avec les autorités étatiques, notamment le Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières.

Si un délai venait à être accordé par le gouvernement, à la demande de plusieurs syndicats, pour évacuer le stock engrangé avant la mise en place du moratoire, l’ANCE recommanderait la mise en place de trois mesures. La première concerne la réalisation d’un inventaire exhaustif du stock existant afin de s’assurer qu’il ne soit pas infiltré par du faux teck illicite, effectué aux frais des demandeurs par une équipe conjointe composée de membres du gouvernement, de membres de l’inspection forestière, la gendarmerie, la police criminelle, la direction des ressources forestière et la société civile. La seconde concernerait la mise en place d’un système d’étiquetage et d’identification afin de pouvoir assurer la traçabilité des faux tecks présents dans l’inventaire. Enfin, la troisième serait d’encourager le gouvernement à signer un Accord de Partenariat Volontaire FLEGT (Application des Réglementations Forestières, Gouvernance et Echanges Commerciaux) entre la République Togolaise et l’Union Européenne.

Comme l’a rappelé Fabrice Ebeh Kodjo, Directeur Exécutif de l’ANCE-Togo, les journalistes peuvent et doivent s’engager pour la cause environnementale qui concerne directement les citoyens Togolais. Il faut dénoncer les actes illégaux et relayer les informations pertinentes afin que les crimes contre la flore ne soient plus commis. L’ANCE souhaite mettre son réseau, son assistance technique et juridique ainsi que ses compétences au service de la préservation du faux teck en particulier et des forêts en général. De l’information à la sensibilisation, de l’investigation à l’arrestation, du commencement à l’achèvement de la procédure judiciaire, l’ANCE peut intervenir à tous les échelons.

La gestion durable des forêts garantira des revenus pérennes, luttera contre le changement climatique et assurera l’équilibre d’un écosystème nécessaire au bien-être de la population.

L’ANCE-Togo remercie les 63 journalistes présents lors de sa conférence du 9 août 2016 relative à la suspension d’exploitation et de commercialisation du faux teck au Togo pour leur très forte mobilisation et leur implication.

Les forêts sont une richesse, préservons-les.

À propos ONG ANCE-TOGO

À VOIR AUSSI

ANCE-TOGO plaide pour une meilleure gouvernance des tics

Ce mercredi 15 mars, le monde entier célèbre pour la 34è fois consécutive, la journée ...