Accueil > Actualités > Le Togo adopte le plan stratégique national de gestion des déchets médicaux

Le Togo adopte le plan stratégique national de gestion des déchets médicaux

 

La gestion des déchets médicaux constituent une sérieuse préoccupation pour la santé humaine et l’environnement au Togo. Ces déchets médicaux contenant des souillures de sang, des seringues, des pansements de toutes sortes, des aiguilles, etc.; sont parfois entreposés dans les centres de santé pendant plusieurs jours en attente de leur ramassage ou se retrouvent parfois dans des dépotoirs sauvages, menaçant ainsi la santé et l’environnement. Un atelier a été organisé à Kpalimé pour valider le plan de gestion desdits déchets.

Du 17 au 18 novembre 2016, a été organisé à Kpalimé (Sud-Togo), un atelier de validation du plan stratégique de gestion des déchets médicaux 2016-2020, a été organisé par le Ministre de la santé et de la protection sociale. L’objectif général de cet atelier est de contribuer à la réduction des risques liés aux déchets médicaux et à la sauvegarde environnementale.

D’après la loi N° 2008/005 du 30 mai 2008 portant loi-cadre sur l’environnement:

« Est un déchet, tout résidu d’un processus de production, de transformation ou d’utilisation, toute substance, matériau, produit ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que son détenteur destine à l’abandon ».

Il existe plusieurs sources de production des déchets médicaux au Togo. La première source de production des déchets est les établissements de santé, à savoir les hôpitaux publics, les cliniques semi-publiques et privées, les centres de santé et de dispensaires, les laboratoires cliniques et épidémiologiques et les instituts et centres de recherches scientifiques (humain, vétérinaire). La deuxième source de production des déchets médicaux est les établissements de soins, à savoir, les cabinets médicaux, les centres d’acupuncture, les infirmeries, les cabinets et cliniques vétérinaires, les officines de pharmacie et les cabinets d’esthétiques.

Il existe deux catégories de déchets médicaux au Togo. La première est les déchets assimilables aux ordures ménagères (DAOM), qui représente 80 à 85 % de l’ensemble des déchets des formations sanitaires; la deuxième est les déchets dangereux qui sont composés des piquants et tranchants (aiguilles de seringues, lames de bistouri); des pièces anatomiques (placenta, produits d’exérèse), des fongibles contaminés (pansements) ou des produits chimiques, pharmaceutiques, radioactif. Ces déchets représentent environ 15 à 20 % de l’ensemble des déchets produits par les établissements de soins.

Ce plan stratégique 2016-2020 qui a été validé par l’ensemble des partenaires, s’articule autour de quatre axes à savoir (i) Renforcement de la communication pour une gestion adéquate des déchets médicaux, (ii)  Renforcement du cadre institutionnel et juridique de la gestion des déchets médicaux, (iii) Renforcement des capacités des acteurs et développement des initiatives en matière de gestion des déchets médicaux, (iv) Renforcement de la coordination et du suivi.

Selon le chef de département environnement à ANCE-Togo, monsieur Esso-Simna WALLA, sa structure jour un rôle leader dans le secteur de l’eau et assainissement au Togo et l’ANCE-Togo compte appuyer l’Etat dans la mise en œuvre de son plan stratégique, à travers le renforcement des capacités des acteurs, la promotion des incinérateurs durables mais à moindre coût et la généralisation des technologies durables.

A cet égard, il a également rappelé que la mise en œuvre d’un programme d’équipement des hôpitaux de districts en incinérateurs conventionnels et autres ouvrages de traitement des déchets médicaux, ainsi que le traitement des eaux usées des hôpitaux doivent faire objet d’une étude et prendre en compte les impacts environnementaux et sociaux

À propos ONG ANCE-TOGO

À VOIR AUSSI

ANCE-TOGO plaide pour une meilleure gouvernance des tics

Ce mercredi 15 mars, le monde entier célèbre pour la 34è fois consécutive, la journée ...