Accueil > Actualités > Négociations climatiques: L’ONG ANCE-Togo présente le bilan de la COP 22 aux médias

Négociations climatiques: L’ONG ANCE-Togo présente le bilan de la COP 22 aux médias

Aussitôt après la COP 22 qui s’est tenue à Marrakech entre le 7 et le 18 novembre et qui a rassemblé 196 Etats qui ont pu échanger autour des questions autour du climat, les nouveaux bureaux de l’ANCE-Togo ont été envahis par des centaines de journalistes à la recherche d’information sur les résultats de cette COP. Ratifié par 111 pays, qui émettent plus des trois quarts des rejets de gaz à effet de serre de la planète, l’accord de Paris se mettra bel et bien en place à partir de 2020.

Le personnel de l’ANCE-Togo a été fortement surpris par le nombre impressionnant de journalistes qui ont rôdé autour de nos nouveaux locaux à Lomé à la recherche d’information sur le bilan de la COP 22. Ainsi, la télévision nationale TVT a reçu le directeur exécutif de l’ANCE6Togo dans l’émission « Idées » pendant 55 minutes sur le bilan de la COP. En outre ce fut successivement le tour de la Télévision en ligne ECO-CONSCIENCE, la New World TV, TV7, plusieurs radios et journaux en ligne.

Dans un langage de simplicité mais dans une franchise traditionnelle, le directeur exécutif de l’ANCE-Togo, Dr Ebeh Kodjo Fabrice, a su présenté aux journalistes les résultats de cette COP 22, censée être une COP d’action, mais que selon lui a connu des résultats mitigés.

En effet selon Dr Ebeh Kodjo Fabrice, annoncé comme une COP de l’action après celle de Paris, Marrakech n’a pas été à la hauteur des attentes. Il a été rappelé aux journalistes que peu de décisions ont été prises et les quelques résultats obtenus peuvent être résumés comme suit :

L’accord de Paris soutenu par l’ensemble des Etats

Malgré quelques déceptions, la COP 22 a dégagé un message fort : « Le premier message très important est le fait que tous les pays se soient mis d’accord sur une proclamation de soutien à l’accord de Paris », souligne Laurence Tubiana, ambassadrice pour les négociations climatiques. L’élection du climato-sceptique Donald Trump n’aura finalement eu aucun effet négatif sur le bon déroulement de la COP 22. Entré en vigueur le 4 novembre, l’accord de Paris ne fut remis en cause par personne (pas même l’Arabie Saoudite). Ratifié par 111 pays, qui émettent plus des trois quarts des rejets de gaz à effet de serre de la planète, l’accord de Paris se mettra bel et bien en place à partir de 2020.

Lancement de la plateforme des stratégies 2050

En marge de l’accord de Paris, chaque pays s’était engagé à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre sous la forme de « contributions nationales prévues et déterminées (CNPD)». Le PNUE rappelait dans un rapport publié juste avant la conférence que celles-ci nous plaçaient pour l’heure sur une trajectoire d’augmentation de la température de 2,9 à 3,4°C d’ici la fin du siècle. C’est insuffisant. La CNPD du Togo est de 11,14%(niveau de réduction/cible inconditionnelle) et 31,14% (niveau de réduction/cible conditionnelle).La COP a fixé l’agenda des années à venir. 2018 sera une année cruciale car les objectifs de réductions d’émissions de gaz à effet de serre (GES) pourraient être revus à la hausse par les pays développés. La plateforme des stratégies 2050 qui a été lancée à cet effet, est prometteuse. Certains pays comme l’Allemagne ont ainsi annoncé leur plan pour 2050 (réduction des émissions de 80 à 95% par rapport à 1990). Les Etats-Unis quant à eux, poussés par un Obama en fin de mandat hyperactif, ont promis de baisser leurs émissions de 80 %.

Le désaccord des financements

Malgré l’engagement habituel des pays développés à mettre à la disposition des pays pauvres 100 milliards de dollars par an d’ici 2020, l’utilisation de ces fonds fait débat.

En effet, même si les pays concernés ont bel et bien versé ces sommes, la répartition entre financements pour lutter contre le réchauffement climatique et financements pour l’adaptation au réchauffement est jugé très inégale par les pays pauvres. Seuls 16 % de cette somme sont alloués à l’adaptation, c’est-à-dire la construction de digues ou de surélévations d’habitats.

Lancement de l’initiative AAA

L’initiative AAA (Adaptation pour l’agriculture africaine), portée par le Maroc, a aussi été lancée mais n’a pas reçu le consensus et elle est même critiquée par certaines ONG.

Pour plus d’informations sur les interviews accordées, visitez les liens suivants :

  1. Emission sur la COP22 Télévision nationale (TVT):

    https://youtu.be/ikD0MxmwurQ (Première partie)

    https://youtu.be/t9A0fY6CIRs (Deuxième partie)

    https://youtu.be/hezzPNN6_Is (troisième partie)

À propos ONG ANCE-TOGO

À VOIR AUSSI

Vote du Budget 2017 : L’ANCE-Togo dénonce la faible contribution des entreprises publiques

Conformément à la Loi organique N°2014-013 du 27 juin 2014 relative aux Lois de Finances, ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *