Genre et Eau

Contexte du projet
Le Togo, zone du projet est un petit pays de l’Afrique de l’Ouest qui fait partie des Pays les Moins Avancés (PMA) et dont plus de 60% de la population du Togo vit en dessous du seuil de pauvreté. Le Togo dispose d’abondantes ressources en eau avec une moyenne annuelle qui se situe entre 3000 à 3800 de m3 d’eau par an et par personne. Malgré cette situation très favorable en disponibilité des ressources en eau, selon l’inventaire DGEA/AFD réalisé en 2006, le taux de desserte en eau potable est de 30% en milieu rural, 29% en milieu semi urbain. En milieu urbain (les chefs lieux de préfectures et sous préfectures), le taux de desserte est évalué à 39% (44% à Lomé, la capitale). La moyenne nationale est de 34%.

Malgré la ratification par le Togo de plusieurs instruments juridiques internationaux et régionaux reconnaissant le droit à l’eau, 39% de la population n’a pas accès à une eau potable. Il n’existe au plan interne aucun instrument juridique internalisant ce droit. Or l’internalisation de ce droit aurait pu permettre sa revendication par les citoyens et favoriser la mise en œuvre du droit à l’eau au Togo.

L’objectif global est de promouvoir le droit à l’eau et l’accès à l’eau potable pour tous et par là, la santé publique par l’adoption et l’application effectives de mesures législatives et réglementaires appropriées.

Les objectifs spécifiques

1.    Informer et sensibiliser les acteurs sur le concept du droit à l’eau potable à travers les campagnes sur les médias en Français et en langues locales dans les cinq régions économiques du Togo ;
2.    Renforcer les capacités des décideurs gouvernementaux et des organisations de la société civile concernées par les questions du « droit à l’eau » ;
3.    Développer des activités de lobbying et plaidoyer auprès du Gouvernement (les ministères et le Parlement) en vue de l’amendement de la Constitution Togolaise en intégrant le droit à l’eau dans la législation nationale et assurer sa mise en œuvre.

Les principales activités

  • Organisation d’une conférence de presse avec les journalistes sur le concept du droit à l’eau et l’assainissement ;
  • Organisation de plusieurs émissions radiophoniques et télévisées sur le concept du droit à l’eau et l’assainissement ;
  • Organisation d’ateliers de formation pour les acteurs étatiques et de la société civile;
  • Développement des actions de lobbying et plaidoyer en faveur de l’intégration et de la mise en œuvre du droit à l’eau et l’assainissement dans la Constitution Togolaise.

UN APERÇU SUR NOS DÉPARTEMENTS ICI