La condamnation d’un trafiquant d’ivoire, un nouvel élément à mettre à l’actif de la justice environnementale togolaise

Félicitations particulières au juge du Tribunal de Première Instance de Sokodé pour sa décision rendue le mercredi 14 septembre 2016, condamnant le sieur OURO-AKALA Kabirou trafiquant d’ivoire, à une peine d’emprisonnement et à une amende symbolique, pour des faits de trafic illicite d’Ivoire.
Les inculpés ont été arrêtés le mercredi 10 Août 2016 en flagrant délit de commercialisation d’une défense d’éléphant, suite à une opération menée conjointement par la police nationale de la ville de Sokodé et l’équipe du projet Togo Application de la Loi sur la Faune et la Flore (TALFF) de l’ONG ANCE-Togo.
Après une audience publique et contradictoire le mercredi 14 septembre 2016 devant le Tribunal de Première Instance de Sokodé, le sieur OURO-AKALA Kabirou principal accusé, a été reconnu coupable des faits de trafic illicite d’ivoire, un trophée d’une espèce intégralement protégée au Togo.

En effet, sur l’action publique, il a été condamné à six (06) mois de prison assortis de cinq (05) mois de sursis. La défense d’éléphant a été confisquée et mise à la disposition de la Direction Régionale de l’Environnement. Sur l’action civile, le prévenu a été à condamné au versement d’un (01) franc CFA symbolique au profit de la direction régionale de l’environnement et aux dépens.

Quant au sieur LABARANI Kafalou, il avait déjà été relaxé par le procureur dès leur déferrement. Car n’étant pas impliqué dans l’affaire mais ayant servi de taxi moto.

On ne cessera de le marteler, l’éléphant est une espèce faunique en péril d’extinction au Togo. Par conséquent, il fait partie des espèces intégralement protégées. De facto, son abattage, sa détention, son transport et sa commercialisation sans autorisation sont formellement interdits et punis par les dispositions du nouveau code pénal, de la loi-cadre sur l’environnement et du code forestier togolais.
Cette décision est une forme de dissuasion à l’endroit des trafiquants qui pensent toujours que nos forêts sont des buffets à volonté au service libre où chacun vient prendre sa part du gâteau. La faune est un patrimoine commun à tous Togolais, préservons là! Chaque espèce a sa raison d’être dans l’écosystème. Que notre avidité ne bouleverse pas l’équilibre de la nature.
« L’éléphant est une espèce emblématique, pendant que nous le pouvons, évitons qu’il devienne un mythe pour les générations futurs comme c’est le cas pour nous quand on évoque les dinosaures »

ance-article-b

À VOIR AUSSI

ANCE-TOGO plaide pour une meilleure gouvernance des tics

Ce mercredi 15 mars, le monde entier célèbre pour la 34è fois consécutive, la journée ...