Accueil > Projet de gestion durable des “mangroves” au Togo

Projet de gestion durable des “mangroves” au Togo

Contexte et justification
Les mangroves représentent un écosystème non moins important dans l’économie nationale eu égard à la diversité et à l’importance des ressources qu’elles renferment. Cependant elles ont manqué de considérations et ont ainsi fait l’objet d’exploitations incontrôlées de la part des populations riveraines.
Au Togo, les mangroves sont localisées sur le littoral dans la partie Sud-est de la préfecture des lacs. Leur superficie qui était de 2 600 ha en 1995 est estimée à 960 ha en 2000. De nos jours, cette superficie a considérablement diminué et ne représente qu’environ 500 hectares. Ces écosystèmes risquent de disparaître d’ici 2015 si rien n’est fait.
En effet, les écosystèmes de mangrove demeurent aujourd’hui fortement dégradés pour plusieurs raisons entres autres, les défrichements pour installer les cultures vivrières, l’exploitation forestière à la recherche de bois d’énergie et bois de services, la pratique annuelle de feux de brousse, etc. Face à cette forte pression anthropique, la disparition de ces formations naturelles à mangroves a réduit considérablement la productivité des lagunes et s’est révélée comme une menace à l’écosystème lagunaire. Les mesures entreprises pour protéger et restaurer cette formation forestière naturelle dans la zone sont restées insuffisantes. Pour assurer une gestion durable et sauvegarder cet écosystème riche en biodiversité, il s’avère indispensable que les différentes actions menées dans le milieu s’inscrivent dans un programme d’action de conservation, de restauration et d’aménagement participatif cohérent.
Pour faire face à cette situation et promouvoir la conservation et la gestion durable des ressources de mangroves au Togo, plusieurs études de terrain ont été réalisées, et notamment l’étude forestière et aménagement participatif, l’étude socio-économique, l’étude d’impact environnement et l’étude juridique. Plusieurs chercheurs de l’université de Lomé ont également réalisé plusieurs travaux de terrain sur ces écosystèmes. Tous ces travaux ont permis au gouvernement togolais d’adopter en juin 2005 un document de Stratégie Nationale pour la Conservation, la Restauration et la Gestion Durable des Mangroves au Togo.

Les objectifs spécifiques du projet
a) Développer les capacités de tous acteurs impliqués dans la conservation et la gestion de la biodiversité des mangroves et formation humides associées ;
b) Préserver de façon participative les aires représentatives de protection des écosystèmes de la mangrove afin de garantir leur pérennité et conserver leurs éléments constitutifs ;
c) Assurer l’utilisation durable de la biodiversité et le partage et équitable des rôles, des responsabilités et des bénéfices découlant de la gestion de cette biodiversité ;
d) Effectuer le reboisement des écosystèmes dégradés de la zone afin d’assurer leur restauration et leur réhabilitation.

Mangroves1

Les résultats obtenus

  • Existence de données fiables sur les mangroves (socio-économiques, environnementales, juridiques)
  • Sensibilisation de près de 2500 acteurs locaux sur la nécessité de la gestion durable des mangroves ;
  • 1200 acteurs locaux ont été renforcés en techniques de gestion durable des mangroves par la méthode Farmer Field School)
  • La création de 10 réseaux locaux dans 10 villages ;
  • Un plan de gestion durable et participatif des ressources de mangrove a été élaboré et validé avec les communautés locales
  • Création et animation du Forum National sur les Mangroves ;
  • Reboisement artificiel de 12 hectares de mangroves ;
  • 5 réseaux locaux ont bénéficié des équipements spécifiques (bottes, houes, coupes-coupes, motopompes)

Perspectives d’avenir

  • Poursuivre les activités de reboisement naturel et artificiel des mangroves ;
  • Promouvoir les Activités Génératrices de Revenu (AGR) ;
  • Promouvoir les espèces à croissance rapide pour le bois de chauffe
  • Actions de suivis (écologique, suivi des activités, etc.)

Mangroves2