Projet pilote TRACK –Secteur Eau et Assainissement Togo

Ce projet vise accroître la participation citoyenne dans le secteur de l’eau et assainissement, appuyer la promotion de la transparence des marchés publics et la lutte contre la corruption dans ce secteur et mise en place d’une plate-forme et cartographie dynamique des sites de projets dans ce secteur.

LES ACTIVITÉS SUIVANTES ONT ÉTÉ RÉALISÉES EN 2016

Les activités de sensibilisation des communautés locales

Nos investigations sur le terrain ont montré que plusieurs causes expliquent ce déficit cruel d’eau potable dans la préfecture de Tchamba. La première cause est le taux de corruption élevé dans ce secteur. Plus de 43% des ouvrages sont défectueux entre 6-12 mois en raison des actes de corruption (manque de transparence dans les passations de marchés, équipements impropres ou inadéquats, déficits dans les contrôles techniques des ouvrages. La deuxième cause est la mauvaise gestion des ouvrages existant par les communautés locales. La troisième cause est l’insuffisance des investissements en eau et assainissement.

En 2016, les actions de sensibilisation ont touché prés de 4000 personnes, dont les chefs traditionnels, notables, membres des comités villageois de développement (CVD) et les membres de comité de développement de quartiers (CDQ). Ces sensibilisations ont compris des visites porte-à-porte (1500), des sensibilisations publiques (30 villages), des sensibilisations dans les écoles (15 écoles) et dans les marchés (30). A la fin de ces activités, tous les acteurs ont pris conscience de participer plus activement au choix des sociétés qui vont installer les ouvrages, à l’achat des équipements et d’être plus exigeants aux contrôles techniques des ouvrages. 30 comités locaux de gestion et suivi des ouvrages ont été mis en place et opérationnels.

Réalisation partielle de la cartographie des initiatives

Nos enquêtes prouvent une faible appropriation des initiatives par les communautés. En effet, l’équipe du projet est actuellement entrain de collecter les informations sur toutes les initiatives passées et en cours dans le domaine de l’eau et assainissement dans cette localité. Cette collecte de données n’est pas facile à faire en raison du fait que les autorités locales ne semblent pas en mesure de donner toutes les informations sur certains ouvrages dans leur propre localité. Sur 100 chefs de villages et membres de comités villageois de développement interrogés, 31 ont pu donner des informations complètes sur le bailleur de fonds, 12 connaissent la société qui a construit l’ouvrage ; 5 connaissent l’entreprise qui a fait le contrôle technique ; 10 connaissent le montant total des réalisations ; 10 connaissent la durée et le chronogramme de réalisation des ouvrages .

Nos investigations ont également concerné la mise en place et l’effectivité des comités de gestion locaux. Nos enquêtes ont prouvé que même si certains projets récents ont mis sur pied des comités locaux de gestion et de suivi, de tels comités ne sont pas établis sur une base durable. Sur 100 initiatives, 28 seulement ont reposé sur les mêmes comités de gestion et de suivi ; 23 n’ont mis sur pied aucun comité (ouvrages très anciens) et 49 ont des membres de comités de suivis différents dans plusieurs projets différents ; Sur 100 comités de gestion/suivis mis en place, 27 ont affirmé tenir des réunions mensuelles et visitent régulièrement les ouvrages, 41 tiennent des réunions entre 3 ou six mois) et 32 des réunions au-delà de six mois.