TOGO : L’ANCE a outillé la société civile sur la lutte contre la corruption

Le vendredi 27 mars 2015, l’ANCE a organisé un atelier de renforcement des capacités des acteurs de la société civile sur la convention des nations unies contre la corruption à la salle CEDEAO du CASEF à Lomé. Cet atelier a réuni cinquante (50) différents acteurs provenant des Organisations Non Gouvernementale (ONG), des Syndicats professionnels de travailleurs et des journalistes des médias publics et privés.
La cérémonie d’ouverture a connu cinq (05) interventions, dont celle du Dr EBEH Fabrice (Directeur ANCE-Togo), M. Samuel KANINDA (Représentant Transparency International pour l’Afrique de l’ouest); de Mme Dana BANKS (Chef de mission de l’Ambassade des Etats-Unis au Togo) ; M. Nicolas Berlanga Martinez (Chef de délégation de l’Union Européenne) et de M. Mohamed Nour-Dine Assindoh (Directeur Anti-Corruption de l’Office Togolais des Recettes, représentant de l’Etat).

Les travaux ont été marqués par six (06) communications : Passage en revue des dispositions pertinentes du chapitre III de la convention (Samuel KANINDA), passage en revue des dispositions de chapitre IV (Ebeh Fabrice) ; passage en revue des dispositions des chapitres II et V (Mensah Akomedi, juriste ANCE) ; La CNUCC et le secteur privé (Ebeh Fabrice) ; dispositions relatives à l’implication de la société civile dans la mise en œuvre de la CNUCC (Odji Kokou, Juriste ANCE) ; élaboration d’un rapport parallèle par les OSCs ((Samuel KANINDA).
Toutes les présentations ont fait l’objet de sérieuses discussions par les participants qui ont posé
d’intéressantes questions qui ont été répondues par les présentateurs. Les débats ont été très riches et édifiants et l’enthousiasme des participants prouve de l’importance accordée à la lutte contre la corruption en général et aux thématiques abordées en particulier. Les débats ont tourné essentiellement autour de la force de la convention, de son organe de suivi et des organes nationaux de prévention et de lutte contre la corruption notamment, la Cour des comptes, la commission nationale de lutte contre la corruption et le sabotage économique et la cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF), comment les OSCs peuvent renforcer leur rôle dans la lutte contre la corruption.
A l’issue de la formation les participants ont fomulé les recommandations suivantes :

1. Les journalistes formés sont invités à créer une rubrique spécifique sur la lutte anti- corruption dans leurs organes respectifs (Télévisions, Radios, Presses et internet);
2. L’ANCE doit maintenir les OSCs formées en réseau et continuer par renforcer leurs capacités à travers le partage d’informations et le mentorship;
3. L’ANCE doit appuyer la mise en place et le fonctionnement d’une plate-forme des OSC ou un observatoire de lutte contre la corruption au Togo ;
4. Renforcer la collaboration entre les journalistes, les syndicats et les ONGs pour lutte r efficacement contre la corruption au Togo.

À VOIR AUSSI

Séminaire international sur le paquetage neutre en Angleterre

Dans le souci de promouvoir le conditionnement neutre des produits du tabac,  l’International Legal Consortium ...